RECHERCHES DE PERSONNES DISPARUES

Chaque année, en France, ce sont près de 55 000 personnes qui disparaissent.
45 000 sont des adolescents qui fuguent et, généralement, cela se termine bien.
Et puis, il y a les suicidaires, les amnésiques et les malades souffrant d’Alzheimer.
Chaque année, ils sont près de 5 000 à disparaître et à être retrouvés morts plus ou moins rapidement.
Pour finir, il y a les victimes d’enlèvement et de crime.
Il y a aussi ces disparitions qui s’avèrent être des fuites organisées : un homme ou une famille s’en va pour refaire sa vie à l’autre bout du monde.
À cela s’ajoute un phénomène émergeant : les 500 enlèvements familiaux, c’est-à-dire ces histoires de gardes d’enfant mal vécues et qui dégénèrent.
En ce qui concerne plus particulièrement les majeurs :
Le majeur lors de sa découverte peut s’opposer à ce que l’on communique ses nouvelles coordonnées, comme il est prévu dans le cadre de la loi de protection des majeurs. Le requérant ou la requérante sera informé(e) que la personne recherchée est retrouvée, sans aucune autre information (lieu de résidence ou autre).

ATTENTION ! Tout Majeur est libre d’aller et venir comme il le désire.
A l’exception de majeur disparu (placés sous tutelle ou curatelle ou si son état de santé nécessite d’être dirigé vers un service spécialisé), la disparition est alors qualifiée de « Disparition Inquiétante », les recherches sont menées dans le cadre de la procédure prévue à l’article 26 de la loi du 21 janvier 1995 ou dans le cadre d’une enquête pénale (articles 74-1 et 80-1 du code de procédure pénale).